Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 16:54

Débat avec Alain Messaoudi autour des lieux de mémoire de la guerre d'indépendance publié dans le Quotidien d'Oran

Voici le lien de mon entretien avec Alain Messaoudi, maître de conférences à l'université de Nantes, qui a fait la une du Quotidien d'Oran dans son édition du 24 mai 2018:

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5261852

Voici le podcast de cette rencontre qui a eu lieu le 4 mai 2018  à la librairie Karthala, 22 Boulevard Arago 75013 Paris dans le nouvel espace débat des éditions Karthala pour recevoir les auteurs

https://soundcloud.com/user-940669979/les-rencontres-de-karthala-4-les-lieux-de-memoire-de-la-guerre-dindependance-algerienne

 

Le lien de la présentation du livre sur le site des éditions Karthala:

http://www.karthala.com/hommes-et-societes/3182-les-lieux-de-la-memoire-de-la-guerre-d-independance-algerienne-9782811119034.html

 

 

 

 

 

 
 

Toutes les recensions du livre 

Les universitaires: 

"[...] le passionnant livre d'Emmanuel Alcaraz Les lieux de mémoire de la guerre d'indépendance algérienne (Karthala), dont la critique du nationalisme mémoriel algérien analyse avec force la crise identitaire que traverse l'Algérie depuis son indépendance en 1962

Un compte-rendu par Christelle Taraud dans la revue L'Histoire (décembre 2018) 

"Dans cette perspective, son livre, qui permet d’historiciser, donc de mettre à distance, la construction de la mémoire officielle de la guerre d’Algérie et ses –timides – contestations, constitue incontestablement un jalon important."
Une recension par Chantal Verdeil, maitre de conférences en histoire à l'INALCO, responsable du département d'arabe (août 2018)

"[...] Ce livre n'a pas pour but de susciter des divisions en Algérie, de prendre position pour un acteur contre un autre, mais de permettre un débat apaisé. Le travail de l'historien consiste à confronter les mythes et les mythologies politiques à l'histoire qui n'est pas d'ailleurs une vérité absolue, mais une vérité relative, où intervient également la subjectivité de l'historien, ce qui donne aussi sa saveur au récit historique. [...]"
Le Quotidien d'Oran publie une retranscription de la discussion ayant eu lieu à la librairie de Karthala entre Alain. Messaoudi et Emmanuel Alcaraz (mai 2018)

"Son esprit critique livre une analyse mémorielle des plus novatrices qui met à mal la mémoire « lissée, exclusiviste, moniste » du récit collectif de l’Algérie contemporaine qui vit dans une reconstruction permanente de son histoire. Pour ce faire, l’auteur offre un choix d’exemples significatifs."
Une recension par l'historien Jean-Charles Jauffret pour Le matin d'Algérie (avril 2018)

"L’ouvrage, important dans la compréhension de l’Algérie contemporaine, s’inscrit dans le renouvellement des problématiques portées par une nouvelle génération de chercheurs qui n’ont été ni témoins ni acteurs du conflit de décolonisation et qui cherchent à prendre en compte la pluralité des points de vue pour analyser et dépasser ce passé. Il s’adresse à un public averti et à tous ceux qui s’intéressent à la mémoire et à l’histoire de la guerre d’Algérie et de l’Algérie indépendante."
Une recension par Emmanuelle Comtat pour la revue Mémoires en jeu n°5 (janvier 2018)

"L'importante contribution d'Emmanuel Alcaraz montre que la mémoire nationale participe à la fois à la légitimation et à la contestation du pouvoir dans une société façonnée par la guerre d'indépendance ou l'armée est omniprésente."

Une recension de Gilles Manceron sur histoirecoloniale.net, novembre 2017

Les journalistes: 

Algérie, naissance d'une nation (3/4) - Guerre d’indépendance : des mémoires multiples... et concurrentes ? Un entretien avec Emmanuel Alcaraz par Emmanuel Laurentin et Séverine Liatard dans La Fabrique de l'Histoire (avril 2019)

Citation de l'ouvrage dans l'article "Algérie, une mémoire à vif", écrit par Olivia Elkaim pour La Vie (12/04/19)

"C’est un angle pour le moins original que celui qu’a choisi l’historien Emmanuel Alcaraz pour traiter de la guerre de Libération nationale en abordant celle-ci sous le prisme des lieux de mémoire, des monuments aux morts et des gestes commémoratifs exprimés en hommage à nos chouhada."

Un article de Mustafa Benfodil pour le journal El Watan (mars 2018)

Une interview par Yassir Guelzim pour Le Courrier de l'Atlas (février 2018)à l'occasion de la participation de l'auteur au Maghreb des livres

"Cet ouvrage d’Emmanuel Alcaraz vient certainement combler un manque, celui de l’accès aux sources de la mémoire de cette guerre d’indépendance algérienne, vue de l’autre côté de la Méditerranée. Il n’est évidemment pas question de relater cette guerre d’indépendance, mais bien de comprendre comment celle-ci, depuis 1962, a pu être traitée par les autorités algériennes. [...] L’ouvrage permet aux lecteurs curieux qui s’intéressent à cet épisode toujours sensible, de comprendre le fonctionnement d’une démarche mémorielle, lorsque celle-ci est conduite par l’autorité politique."
Une recension de Bruno Modica sur La Cliothèque (janvier 2018)

"Le travail d'E. Alcaraz offre une mise au point d'une grande érudition et d'une grande finesse d'analyse. [...] Un livre aussi important historiquement que politiquement."
Une recension de l'ouvrage par Stéphane Rio dans US Magazine (n°775 du 23 décembre 2017).

 

 

 

 

 

Recension des lieux de mémoire de la guerre d'indépendance algérienne par Emmanuelle Comtat dans Mémoires en jeu

Partager cet article

Repost0
Published by emmanuel alcaraz

Profil

  • emmanuel alcaraz
  • Docteur en histoire, qualifié CNU section 22(histoire des mondes modernes et histoire contemporaine), je suis chercheur associé au CHERPA de l'IEP Aix-en-Provence, à l'IRMC de Tunis, à l'ISP de l'université de Nanterre et au laboratoire du Patrimoine de l'université de la Manouba.
  • Docteur en histoire, qualifié CNU section 22(histoire des mondes modernes et histoire contemporaine), je suis chercheur associé au CHERPA de l'IEP Aix-en-Provence, à l'IRMC de Tunis, à l'ISP de l'université de Nanterre et au laboratoire du Patrimoine de l'université de la Manouba.

Recherche